Un pont à la dérive...

Ce début d’année 2021 laisse apparaître un certain nombre de projets sur le territoire métropolitain, commandités par le nouvel exécutif de la Métropole de Lyon.

Des projets imposés, non concertés, comme le constatent, à leurs dépens, bon nombre de maires et d’habitants de la métropole et des communautés de communes avoisinantes.

  • L’Ouest lyonnais en fait actuellement les frais avec le projet de téléphérique imposé, et l’annulation du projet de Métro E.

  • La piétonisation du cours Charlemagne met en émoi les élus locaux et la plupart des habitants du secteur du 2ème arrondissement de Lyon. 

  • Le Sud n’est pas en reste, avec les dernières annonces des élus métropolitains relatives à l’annulation du projet de nouveau pont à Vernaison et le passage à sens unique du pont actuel.

Une décision sortie tout droit des hautes sphères métropolitaines, sans aucune visite de territoire ni aucun échange avec les élus locaux.

  • Alors que 19 élus (sénateur, conseillers métropolitains et maires) de toutes tendances politiques sont signataires du dernier courrier d’alerte remis par Julien Vuillemard à Bruno Bernard, Président de la Métropole,

  • À l’heure où les usagers de tout un bassin de vie s’inquiètent pour les perturbations qui se profilent en matière de déplacements quotidiens, que les automobilistes, les services de secours, les forces de l’ordre, l’ensemble du service public et des acteurs économiques vont voir leur temps de trajet se multiplier, il est important de rester unis et de faire entendre la voix de notre commune à la Métropole de Lyon.

 

Il est regrettable que l’opposition municipale essaie de semer le trouble en laissant penser que nous serions responsables de l’arrêt des études et travaux préparatoires pour le remplacement du pont.

Rappelons que le nouvel exécutif métropolitain est installé depuis juin 2020. Très rapidement, le maire de Vernaison a évoqué à maintes reprises la problématique du pont, alertant sur :

  • La nécessité de reprendre les études de franchissement du Rhône et les scénarii possibles de construction d’un nouvel ouvrage.

  • La problématique des infractions commises par les poids lourds.

Si des esquisses reprenant différents scénarii existent, l’équipe municipale actuelle serait bien en mal de présenter un projet aussi « imminent » et abouti que le laisse entendre l’opposition. Où sont ces études techniques et environnementales ? Quel était le calendrier de réalisation du projet ? les phases de concertation ? d’enquête publique ?  Aucun élément n’a été obtenu de la part de la métropole.

Conformément à son programme électoral de 2020, l’équipe municipale défend ardemment les points suivants :

  • Le passage du pont actuel, vieillissant mais emblématique de notre commune, à une fonction d’ouvrage pour modes actifs (vélos, piétons), permettant d’accéder à l’Ile de la Table Ronde et à la rive Est du Rhône. Il agirait en véritable liaison complémentaire à la ViaRhôna.

  • Sa volonté de s’associer activement aux côtés de la Métropole pour construire un nouveau pont. Les réflexions d’un tracé « sud » envisagé par l’ancien exécutif métropolitain demandait des études et, surtout, de la concertation eu égard à son impact environnemental.

A court terme, après nous avoir assuré de l’état stable du pont, la Métropole nous alerte à nouveau sur son état de dégradation.

Se rallier à la position de la Métropole pour passer le pont actuel en sens unique en évoquant la sécurité interroge, puisque rien n’est fait pour faire respecter l’interdiction des poids-lourds.

12000 véhicules jours à dévier, c’est 6000 x 15km supplémentaires par jour pour les usagers soit 90 000km. Que de pollution supplémentaire, de temps perdu dans les embouteillages, d’atteinte à la compétitivité de nos entreprises.

Le maire étudie avec ses homologues de secteur la création d’un Centre de supervision urbain intercommunal permettant justement de surveiller en temps réel le franchissement du pont et de vidéoverbaliser les poids-lourds récalcitrants.

Nous sommes heureux d’apprendre que l’opposition vernaisonnaise semble se rallier aujourd’hui à notre cause. 

Il est bon d’être cohérents et constructifs plutôt que d’attaquer systématiquement des décisions de bon sens.

Il est également regrettable de fustiger l’engagement du maire pour le prolongement du métro B jusqu’aux 7 chemins, et d’opposer celui-ci à la construction d’un nouveau pont à Vernaison…

En effet, le prolongement du métro comme la question du pont de Vernaison s’inscrivent dans une réflexion globale relative à la circulation et la desserte de notre territoire, ces deux projets impactant le cadre de vie Vernaisonnais.

Nous avons la volonté de défendre l’intérêt de tous les habitants et entreprises du secteur sud de l’agglomération pour qu’ils puissent se déplacer sur le territoire de la métropole, tout en nous préoccupant de limiter les nuisances et l’empreinte carbone.